Changer d’hébergeur : comment faire votre choix et réaliser la migration sans coupure ?

Partagez si vous aimez ->

Quand on débute sur le web, n’importe quelle offre d’hébergement _ou presque_ fait l’affaire. Mais à mesure que le site grandit et se dôte de nouvelles fonctionnalités, une offre premier prix ne suffit plus.

Bien choisir son hébergeur

Définitons : serveur, hébergeur, mais de quoi parle-t-on ?

Avant d’aller plus loin, il est bon de rappeler quelques notions.

Un serveur est un ordinateur sur lequel vous louez un espace (en mode « Mutualisé ») pour y placer votre site. Vous pouvez aussi louez un serveur entier (c’est le mode « Dédié »). Les serveurs ont la particularité d’être constamment allumés et reliés à Internet : ainsi, votre site est toujours accessible pour le visiteur.

L’hébergeur est la compagnie qui possède les serveurs et qui vous facture votre hébergement sur l’un de leur serveur. Il existe souvent différents forfaits, qui sont un véritable casse-tête pour le débutant. Lequel choisir ?

Les forfaits des hébergeurs

La plupart de ces entreprises proposent un trafic (bande passante) et un espace illimités (ou très grands), dès l’offre « 1er prix ». Le débutant s’en enchante, pensant que c’est là, LA caractéristique d’un serveur.

Capture d'écran des hébergement mutualisés de OVH

Offres d’hébergement mutualisé, mettant en valeur l’espace disque et la bande passante

C’est un peu plus subtil que ça.

N’oublions pas que le serveur n’est qu’un ordinateur au départ. Une machine, qui a besoin de ressources pour travailler correctement. Si vous ressortez votre vieux Pentium 3 et que vous lui collez un disque dur de 3To et une connection en fibre, cela ne le transformera pas en bête de course pour autant.

Car le centre vital de votre ordinateur, c’est sa carte mère et son processeur, respectivement son cerveau et sa force vitale. La RAM compte aussi : c’est la mémoire de travail, elle aura une influence sur la vitesse globale d’exécution.

Capture d'écran montrant les hébergements dédiés de PhpNet

Offres d’hébergement dédié, mettant en valeur la puissance et la rapidité de la machine

Le prix d’un serveur dépend de ces composants, car c’est eux qui conserveront votre site réactif, même si les visiteurs augmentent.

C’est pourquoi quand on débute, un serveur premier prix convient tout à fait…mais il faut penser à en changer quand le moment est venu.

Les services des hébergeurs

Outre la puissance, vous payerez plus cher un serveur plutôt qu’un autre en fonction des services qui sont inclus : installation, maintenance, espace de sauvegarde, optimisation des processus, mise à jour des composants, multi-sites, connexion sécurisée pour l’ecommerce…

Or, dans le monde des hébergeurs, il y a deux clans : les mutualisés et les dédiés.

Les mutualisés (peu puissants) sont administrés par votre hébegeur, tandis que les dédiés (très puissants) sont à administrer par vous-même. Vous n’obtenez à « l’achat » qu’un serveur vide, prêt à être installé et configuré.

Bien qu’il soit sûrement très amusant et intéressant (enfin…pour moi) d’installer un serveur, je n’avais pas le temps de le faire moi-même. Je n’ai pas non plus envie d’assurer la surveillance du serveur, et de m’inquiéter de sa disponibilité lorsque je suis en vacances.

Je voulais donc le meilleur des deux mondes : la puissance du dédié (ou quasi) et la tranquillité d’esprit du mutualisé.

L’hébergeur de mes rêves

J’ai trouvé cet accord parfait auprès de PhpNet et leur offre « Mutualisé Premium ».

Certes, je n’ai pas tout à fait la puissance d’un dédié, mais je m’en rapproche suffisamment pour mes besoins. De plus, j’ai la liberté de configurer mon hébergement avec le fichier php.ini, ce qui me laisse une grande liberté. Enfin, toute la maintenance est prise en charge pour une somme correcte : 9€/mois, soit moins du double de ce que je payais chez OVH (à titre de comparaison, un serveur dédié commence plutôt à 40€/mois).

Côté technique, cette offre vous met à disposition un serveur virtuel, ce qu’on appelle un VPS, couplé avec une infogérance (le fait que l’hébergeur gère la maintenance du serveur).

Changer d’hébergeur : la procédure pas-à-pas

Vient donc le moment de migrer le site d’un serveur à l’autre.

Ce qu’il ne faut pas faire quand on change de serveur

Ma première pensée fût de fermer le site temporairement, afin de travailler à mon aise. Voyez-vous, je voulais changer d’hébergeur sans changer de nom de domaine. Or, tant que lddln.mypointcom.net affiche mon site installé sur OVH, il m’est impossible de voir ce qui se passe sur PhpNet.

Je souhaitais donc :

  1. Fermer le blog
  2. Modifier la configuration de lddln.mypointcom.net afin de faire afficher le serveur PhpNet (vide)
  3. Attendre 2 jours le temps que ce changement soit pris en compte
  4. Déplacer le site vers PhpNet
  5. Vérifier que tout fonctionne bien
  6. Rouvrir le site

Le problème dans ma logique est double :

  • d’une part, les visiteurs n’ont plus accès au site pendant 3 à 4 jours
  • d’autre part, tous les liens qui pointent vers mon site vont retourner une erreur (serveur introuvable) pendant 3 à 4 jours, ce qui risquait de nuire à…mon sacro-saint référencement

Ce qu’il faut faire quand on change de serveur

La bonne façon de faire, plus risquée mais sans coupure, serait donc :

  1. Déplacer le site « à l’aveugle »
  2. Modifier la configuration de lddln.mypointcom.net afin de faire afficher le serveur PhpNet
  3. Attendre 2 jours le temps que ce changement soit pris en compte (en jetant un oeil régulièrement au site pour s’assurer qu’aucun bug ne survient)
  4. Vérifier pour que tout fonctionne bien

Comment déplacer le site à l’aveugle ?

Edit 03/09 : Merci à @Florian qui mentionne dans les commentaires une astuce pour ne pas travailler à l’aveugle : régler ses hosts. Grégoire vous explique comment faire dans cet article : http://www.gregoirenoyelle.com/wordpress-migrer-site-vers-autre-hebergeur-previsualiser

Je vous rassure, la procédure est plus facile qu’elle n’y paraît. Je continue d’illustrer la manip’ avec mon expérience, mais la logique reste la même pour tout type d’hébergement, à condition que vous gardiez le même nom de domaine.

  1. Je commence par rappatrier sur mon ordinateur tous les fichiers de mon serveur OVH, via un logiciel FTP.
  2. J’envoie ces fichiers sur le nouveau serveur PhpNet, toujours en FTP
  3. Je me connecte à PhpMyAdmin sur OVH et fait un export de ma base de données en SQL. (lien tuto)
  4. Je me connecte à mon panneau d’administration sur PhpNet afin de créer une nouvelle base de données vide.
  5. Je me connecte à PhpMyAdmin sur PhpNet et fait un import de ma base de données en SQL.
  6. Je modifie les informations de connexion à la base de donnéses, contenues dans le fichier wp-config.php, situé à la racine de mon site, sur PhpNet.
  7. Dernière étape : je me connecter sur le panneau d’administration de l’entreprise qui gère mon nom de domaine (je suis chez Gandi) et modifie la configuration de mon nom de domaine afin qu’il affiche le nouveau serveur : c’est ce qu’on appelle la modification des DNS.

RMQ : sur PhpNet, il y a une manipulation supplémentaire à faire : il faut aussi déclarer le nom de domaine qui sera utilisé et le lier au dossier dans lequel sont stockés les fichiers sur le serveur. Si vous avez mis vos fichiers dans le dossier « www », il suffit d’indiquer ce dossier.

Vient le moment d’avoir foi en sa compétence ! Dans deux jours, je saurai si tout a bien fonctionné.

En cas de bug pendant ces deux jours, je vous conseille de ne pas intervenir dans le back-office de votre site. Tant que les DNS ne sont pas complètement mis à jour, vous ne savez jamais vraiment si le site que vous affichez est la version sur OVH ou sur PhpNet. Par contre, vous pouvez agir sur les fichiers du serveur en FTP, car de cette façon, vous savez précisément si vous vous connectez à votre environnement OVH plutôt que PhpNet (les identifiants ne sont pas les mêmes).

Par exemple, l’un de mes plugins donnait une erreur sur le nouvel hébergement : j’ai renommé le dossier du plugin en question par FTP afin qu’il ne soit plus actif et que l’erreur disparaisse !

Une fois le délai passé, pour finaliser ma migration, je n’aurais qu’à supprimer fichiers et base de données de mon serveur OVH.

 

Partagez si vous aimez ->

Youcef

Concepteur de Sites Web et entrepreneur, l'écriture et la pédagogie font aussi partie de mes passions. Mon objectif est de vous aider à trouver la solution idéale pour créer votre propre Site Internet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Simple Share Buttons